L’atome, Eric Cordier (C’était un si beau jour, si calme…)

Mardi 17 Janvier – Fukushima (ville de)
Matin Intervention dans l’école multilingue « Agora ». Le directeur M de Loviton est un Franco Québécois. On intervient dans un mélange de français d’anglais et de japonais. Je vais faire des mesures de radioactivité avec lui sur le parking au bord de l’école. Ma mesure est 3 fois inférieure à la sienne, il obtient la mesure faramineuse de 900 millisiviert par h. Il m’explique qu’une particule radioactive a dû entrer dans notre compteur et en fausse l’étalonnage. Je comprends alors pourquoi tout le monde emploi des compteurs recouverts d’un sac plastique. (Devenus inutile ce sera notre dernière mesure.) La mesure a été réalisée sur le parking de son établissement, pas à l’intérieur. Heureusement car ce serait très dommageable pour la santé des enfants. C’est signe que la ville de Fukushima est très contaminée. Il explique que contrairement à beaucoup de Japonais, il était très informé. Dés l’annonce de l’accident nucléaire, il a cherché des informations non gouvernementales notamment auprès du site américain « fairewinds.com/ ». C’est ainsi qu’il a appris que les pelouses étaient dangereuses et que moins d’une semaine après l’accident, il avait fait retirer la terre de la cour de l’école sur 50cm. Cela a coûté à son établissement l’équivalent de près de 7 000 (si je me souviens bien) mais il ne le regrettait pas car quelques jours plus tard, cette pratique était interdite et à la place la municipalité faisait gratuitement un toilettage plus symbolique que réellement efficace. Sans connaître le Vitapect, de son côté il s’aprovisionnait aux USA avec un produit équivalent, Apple Pectine 700mg de Now Foods pour sa femme enceinte.
Eric Cordier (extrait de son journal de voyage, à lire ici : http://ifmapp.institutfrancais.com/residences#f2_1073 , rubrique Téléchargements)

Carte de la contamination à Minamisoma réalisée par l’organisation Tchernobyl Kyûen Chûbu et des habitants de Minamisoma (janvier 2012)

Fukushima Open Sounds

Un projet artistique mené au Japon et à Fukushima par Dominique Balaÿ. A collaborative sound project reaches out to the people of Fukushima, through music, poetry and sound. contact@websynradio.fr

Recent Posts

Fragility of time, Janusz Brudniewicz,

« Fragility of time » est une construction sonore électroacoustique, expérimentale avec des éléments électroniques…

2 ans ago

Silences, résonances, Sébastien Job

Pour le projet Fukushima Open Sounds, j'ai travaillé sur cette composition electro-acoustique en prenant deux…

2 ans ago

"pourtant la nature déteste le vide" – Monsieur Viande

Bruit blanc symbolisant le son du tout et le vide occasionné par notre inexpérience ...…

2 ans ago

Collision, Emmanuelle Gibello

"Collision" :  création de Emmanuelle Gibello pour le festival Kontact Sonore en avril 2011. Pour…

3 ans ago

Allégorie japonaise, Michel Titin-Schnaider

Pourquoi ce titre d'"Allégorie japonaise" ? J'aime à voir dans ce pays une "exacerbation". Dans…

4 ans ago

MODERNO – François Berchenko- FUKUSHIMA 11 mars 2011.

Moderno / François Berchenko Extrait du LP 12 titres FUKUSHIMA : Suite Psychédélique pour Catastrophe…

4 ans ago